1.0 Droit aérien

1. Sauf indication contraire, une zone de contrôle est

  1. identique à une région de contrôle.
  2. l’espace aérien contrôlé qui entoure un aérodrome et qui s’étend verticalement à partir de la surface jusqu’à 3 000 pieds AGL.
  3. toujours un espace aérien de classe D.
  4. l’espace aérien contrôlé le long des voies aériennes au-dessus de 2 200 pieds ASL.

2. Est-ce qu’il y aurait infraction aux règlements si un pilote atterrissait volontairement, par un brillant clair de lune, sur un aérodrome où la longueur de l’aire d’atterrissage serait indiquée par une seule rangée de feux blancs?

  1. Non, si les feux sont au milieu de l’aire d’atterrissage.
  2. Non, si l’avion est équipé d’un phare d’atterrissage en fonctionnement.
  3. Oui, on enfreindrait le RAC portant sur le balisage lumineux minimal des aérodromes.
  4. Non, si les communications air-sol sont possibles.

3. Le « jour » au Canada désigne l’intervalle de temps compris entre

  1. le lever du soleil et le coucher du soleil.
  2. une heure avant le lever du soleil et une heure après le coucher du soleil.
  3. la fin du crépuscule civil du matin et le début du crépuscule civil du soir.
  4. le début du crépuscule civil du matin et la fin du crépuscule civil du soir.

4. Aucune personne ne doit marcher, conduire ou stationner un véhicule sur une quelconque partie d’un aérodrome non-contrôlé utilisée pour lemouvement des aéronefs sauf si cela est conforme à la permission donnée par

  1. l’exploitant de l’aérodrome.
  2. un représentant qualifié d’un service aérien commercial exploité à partir de l’aérodrome.
  3. un agent de la paix fédéral.
  4. l’exploitant de l’UNICOM de l’aérodrome.

5. Il est interdit à toute personne de piloter ou d’agir en qualité de membre d’équipage si elle

  1. est âgée de moins de 18 ans.
  2. a consommé de l’alcool ou des médicaments 48 heures précédant le décollage.
  3. est fatiguée ou sera probablement fatiguée.
  4. est âgée de plus de 60 ans.

6. Une personne peut utiliser un aéronef pour effectuer des acrobaties aériennes

  1. à la condition qu’il n’y ait pas de passager à bord.
  2. au-dessus d’une zone bâtie à une altitude supérieure à 2 000 pieds AGL.
  3. dans l’espace aérien à service consultatif de classe F lorsque la visibilité est de 3 milles ou plus.
  4. dans l’espace aérien à service consultatif de classe C lorsque la visibilité est supérieure à 1 NM.

7. Lorsque deux aéronefs convergent approximativement à la même altitude, celui qui voit l’autre à sa droite, doit s’en écarter, sauf que

  1. les avions cèdent le passage aux aéronefs à voilure tournante.
  2. les hélicoptères cèdent le passage aux avions.
  3. les planeurs cèdent le passage aux avions.
  4. les aéronefs entraîné par moteur cèdent le passage aux dirigeables, aux planeurs et aux ballons.

8. Lorsque deux aéronefs se rapprochent de front ou, presque de front, et qu’il y a risque d’abordage, chaque pilote doit

  1. changer de cap vers la droite.
  2. changer de cap vers la gauche.
  3. éviter l’autre en changeant d’altitude.
  4. allumer les feux anti-collision.

9. Les pilotes ont la responsabilité de prendre les mesures nécessaires pour éviter les abordages

  1. sauf s’ils évoluent conformément à une autorisation du ATC.
  2. uniquement lorsqu’ils volent en conditions VFR.
  3. sauf s’ils se trouvent à portée visuelle d’une tour de contrôle.
  4. en tout temps.

10. Sauf s’il s’agit d’effectuer un décollage, une approche ou un atterrissage, il est interdit d’utiliser un avion au-dessus d’une zone bâtie à une altitude qui n’est pas moins de . . . . . au-dessus de l’obstacle le plus élevé situé dans un rayon de . . . . . de l’avion.

  1. 500 pieds, 500 pieds
  2. 1 000 pieds, 2 000 pieds
  3. 2 000 pieds, 1 000 pieds
  4. 3 000 pieds, 1 mille

11. Quelle quantité minimale de carburant un avion autre qu’un ultra-léger doit-il transporter avant de commencer un vol VFR de jour? Une quantité suffisante pour pouvoir effectuer le vol jusqu’à destination

  1. à la vitesse de croisière minimale.
  2. et de poursuivre le vol pendant 45 minutes à la vitesse de croisière normale.
  3. et de poursuivre le vol pendant 30 minutes à la vitesse de croisière normale.
  4. et le poursuivre jusqu’à un aéroport de dégagement spécifié.

12. Le signal donné du sol à un aéronef en vol qui signifie : « cédez le passage à un autre aéronef et restez dans le circuit » est

  1. un feu rouge continu.
  2. une série d’éclats verts.
  3. un feu blanc intermittent.
  4. une série de fusées pyrotechniques qui produisent à l’éclatement des étoiles rouges et vertes.

13. Quiconque est titulaire d’une licence, d’un permis ou d’un certificat délivré conformément au RAC, doit présenter ce document pour vérification sur demande

  1. d’un propriétaire ou d’un exploitant d’aéroport.
  2. de tout pilote titulaire d’une qualification supérieure.
  3. d’un agent de la paix ou d’un agent de l’immigration.
  4. d’un pilote titulaire d’une qualification d’instructeur valide.

14. Si votre licence de pilote privé est annotée pour le vol de nuit, vous pouvez transporter des passagers la nuit, à la condition d’avoir effectué au moins . . . . . décollages et atterrissages de nuit dans la même catégorie et classe d’aéronef au cours des . . . . . mois précédent le vol.

  1. 2, 3
  2. 3, 4
  3. 5, 6
  4. 10, 12

15. Une autorisation du ATC permettant le vol SVFR

  1. dégage le pilote de la responsabilité d’éviter des conditions atmosphériques qui dépassent ses capacités de pilote.
  2. dégage le pilote de sa responsabilité d’éviter les autres aéronefs.
  3. dégage le pilote de l’obligation de se conformer au RAC.
  4. autorise le pilote à voler dans des conditions météorologiques en-dessous des limites VFR sans être soumis aux règles de vol aux instruments.

16. Dans l’espace aérien intérieur du sud, le choix de l’altitude de croisière à plus de 3 000 pieds AGL doit être déterminé par

  1. la route vraie.
  2. le cap vrai.
  3. la route magnétique.
  4. le cap magnétique.

17. La visibilité minimale pour un vol VFR dans une région de contrôle est de

  1. 1 mille.
  2. 2 milles.
  3. 3 milles.
  4. 4 milles.

18. Lorsqu’un vol VFR se déroule à l’intérieur de la région du calage altimétrique, l’altimètre doit être calé sur

  1. le calage altimétrique de la station la plus proche de la route de vol.
  2. 29,92 pouces de mercure ou 1013,2 mb.
  3. la pression enregistrée au bureau météorologique le plus proche.
  4. le calage altimétrique standard.

19. Dans l’espace aérien intérieur du sud, la piste 27 d’un aérodrome aurait un relèvement approximatif de

  1. 027ºT.
  2. 270ºT.
  3. 027ºM.
  4. 270ºM.

20. À moins d’une autorisation contraire, un pilote en vol VFR qui entre dans un espace aérien de classe C doit

  1. demander une autorisation auprès de l’unité ATC visée immédiatement après avoir pénétré dans cet espace.
  2. établir la communication radio avec l’unité ATC visée seulement lors de la transition dans la zone de contrôle associée.
  3. recevoir une autorisation de l’unité ATC visée avant de pénétrer dans cet espace.
  4. communiquer avec le service radar uniquement au moment du décollage ou de l’atterrissage à l’aéroport visée.