ÉTUDES RECOMMANDÉES À L’AVENIR

  1. Plusieurs produits de lutte contre le péril aviaire sont relativement nouveaux sur le marché, font l’objet de beaucoup de promotion et sont chers. Les autorités de certains aéroports canadiens ont acheté et installé ces dispositifs, souvent à grands frais. Il faudrait faire subir à ces produits des essais indépendants au lieu de se fier aux déclarations non prouvées de leurs fabricants. Bien que certains de ces produits pourraient servir d’outils efficaces de lutte contre le péril aviaire, ce n’est pas le cas pour tous. Pourtant, les responsables des aéroports prennent connaissance des déclarations des fabricants, mais n’ont aucun résultat d’examen impartial. Les produits dont les campagnes de commercialisation sont les plus actives sont les suivants : le « Falcon Imitator » et le « Rotating Hunter » d’Agri-SX, le Phoenix Wailer, le ReJeX-iT, et les Bird BallsMD.

  2. À quelques exceptions près, la modification de l’habitat constitue la base d’un contrôle efficace des oiseaux et de la faune aux aéroports. Nous recommandons plus de recherche sur ces techniques. À notre avis, il y aurait beaucoup à apprendre et à gagner à effecteur de recherches et des essais plus poussés. De plus, il serait utile de diffuser aurpès des aéroports l’information sur la gestion des habitats.

  3. Enfin, nous recommandons fortement que l’information sur l’efficacité des produits et des techniques de lutte contre le péril aviaire soit transmise aux responsables de l’exploitation des aéroports et au personnel du contrôle de la faune. Transports Canada a toujours un rôle majeur à jouer dans les essais des diverses techniques de lutte contre le péril aviaire ainsi que dans la diffusion de l’information à ce sujet. Le Comité canadien du péril aviaire est un autre véhicule important d’échange d’information sur la lutte contre le péril aviaire.