TP 13706 - Ingénierie des évaluations techniques Sécurité des aérodromes, Aviation civile

CONCLUSIONS

ESSAIS DE DÉGIVRAGE :
La plupart des PAPI ont eu besoin de plus de temps pour se dégivrer à - 5 °C et à - 10 °C qu’à - 20 °C. La couleur de la glace peut donner un moyen d’expliquer ce phénomène. À - 5 °C et à - 10 °C, la glace est transparente, à - 20 °C, elle est blanche
et opaque.

Le meilleur rendement moyen a été obtenu par le PAPI Crouse-Hinds.

Le temps de dégivrage le plus court a été obtenu par le PAPI Siemens doté d’un verre protecteur câblé (5 minutes à - 20 °C).

Le PAPI consommant le moins d’énergie est celui de Crouse-Hinds.


ESSAIS SOUS INTENSITÉ MINIMALE :

Pendant cet essai, une tempête de neige ou de glace a été simulée en même temps que la température choisie pour l’essai et avec un PAPI déjà sous tension. Trois types de résultats ont été obtenus : la glace n’a pas du tout fondu, les lentilles se sont dégivrées en partie ou les lentilles se sont dégivrées immédiatement.

Deux tableaux récapitulatifs ont été créés (dégivrage total ou partiel) car même si une lentille n’est dégivrée qu’en partie, le signal peut être jugé approprié selon les critères choisis. Notons cependant que si un essai permet à un signal d’être considéré comme approprié à 12 pi d’un panneau de projection, cela ne signifie pas forcément qu’il sera approprié dans le « monde réel » (à 1 mille).

Seul le PAPI Crouse-Hinds peut satisfaire à l’exigence de dégivrage total des lentilles dans toutes les conditions météorologiques simulées lors des essais.

Les PAPI Siemens et Cegelec peuvent satisfaire à l’exigence de dégivrage total des lentilles aux températures supérieures à - 10 °C. Au-dessous de - 10 °C, de la glace reste toujours présente au bord des lentilles.

Avec les lentilles dégivrées en partie, l’intensité minimale va de 5,5 à 6,6 ampères à - 30 °C.