10. Procédure améliorée d'analyse de zones

La procédure améliorée d’analyse de zones (EZAP) figurant à l’annexe A du présent document est conçue pour permettre qu’une attention appropriée soit accordée aux installations de câblage électrique. On atteint ce but en fournissant un moyen d’identification des tâches pertinentes et efficaces pour minimiser l’accumulation de matériaux combustibles et éliminer les anomalies d’installation du câblage qui, autrement, pourraient ne pas être décelées de façon fiable au moyen des inspections que renferment les programmes de maintenance existants.

Dans le cas d’aéronefs volant selon des programmes de maintenance incluant déjà un programme d’inspection de zones (PIZ) spécialisé, la logique décrite dans le présent TP améliorera ces programmes, et il se peut que les exigences en matière d’inspection des zones ne diffèrent pas beaucoup des PIZ existants.

Dans le cadre de l’analyse effectuée en vertu de l’EZAP, on doit évaluer si des articles comme les conduites, les canalisations, les installations de systèmes, etc., ont pu contribuer à créer des défectuosités du câblage. Lorsqu’une inspection visuelle générale est requise pour évaluer la détérioration de ces articles, une IVG de zone à l’intérieur d’un PIZ peut être jugée pertinente.

Dans le cas d’exploitants ne possédant pas de PIZ spécialisé, l’application de la logique risque de donner lieu à l’identification d’un grand nombre de tâches reliées au câblage qui devront être regroupées au sein du programme existant relatif aux systèmes et au groupe motopropulseur.

Dans un cas comme dans l’autre, toute nouvelle tâche identifiée au moyen de cette logique peut être comparée aux tâches existantes et un crédit peut être accordée pour des tâches équivalentes que renferme déjà le programme de maintenance. Dans le cas d’exploitants possédant des PIZ comportant déjà des IVG de zone, le nombre de nouvelles tâches qui doivent être ajoutées au programme peut être beaucoup moins important que dans le cas d’un exploitant sans PIZ spécialisé. Les exploitants sans PIZ peuvent donc trouver avantageux d’élaborer un PIZ conformément à une méthode acceptée par l’industrie, conjointement avec l’application de l’EZAP.

La logique et les procédures mentionnées dans le présent TP s’appliquent aux CT, aux CTS et aux bulletins de service. On s’attend à ce que les titulaires de CT et de CTS utilisent cette logique et ces procédures pour identifier tout besoin de directives additionnelles servant au maintien de la navigabilité aérienne. Il se peut que les exploitants doivent utiliser cette logique pour identifier des directives additionnelles de CTS « orphelins » (c’est-à-dire, qui ne sont plus honorés par leur titulaire).

Même si les titulaires de CT sont tenus d’effectuer l’EZAP pour toutes les zones se trouvant à l’intérieur d’un aéronef, il peut être établi que, dans le cas d’un bulletin de service ou d’un CTS, l’EZAP n’est pas nécessaire lorsque la modification n’a pas d’effet important sur les zones où elle est effectuée. On a rédigé l’annexe C, intitulée « Détermination de la nécessité d’une EZAP en cas de modification d’un bulletin de service ou d’un CTS », afin d’identifier les modifications qui ont un effet suffisamment important sur les attributs d’une zone pour justifier une nouvelle application de l’EZAP à toute cette zone.