9. Inspection des circuits d'interconnexion du câblage électricque

Les méthodes d’analyse type utilisées pour l’élaboration des programmes de maintenance ne se sont pas concentrées sur le câblage. La plupart des exploitants n’ont donc pas traité adéquatement de la détérioration des EWIS dans leurs programmes. Les autorités réglementaires ont étudié les philosophies d’inspection en vigueur dans le but d’identifier des améliorations qui pourraient mener à une application plus cohérente des exigences en matière d’inspection, qu’il s’agisse d’une inspection de zone, d’une inspection visuelle générale (IVG) ou d’une inspection détaillée (DET).

TCAC est d’avis qu’il serait avantageux de fournir des directives d’orientation sur le type de détérioration qu’une personne effectuant une IVG, une DET ou une inspection de zone peut s’attendre à déceler. Bien qu’il puisse être réaliste de croire que tous les exploitants fournissent à leurs inspecteurs de telles directives d’orientation, il est évident qu’il existe d’importantes variantes et que, dans certaines régions du monde, l’inspection pourrait être améliorée de façon importante si des documents d’orientation approuvés au niveau international pouvaient être rédigés. Les directives d’orientation que renferme le présent TP assument que chaque exploitant adoptera les améliorations récemment apportées aux définitions de l’IVG et de la DET. Ces renseignements doivent être intégrés aux documents de formation des exploitants ainsi qu’à l’introduction du document de planification de la maintenance.

Cette rubrique est divisée en trois parties. La première traite des niveaux d’inspection applicables aux EWIS, la deuxième comporte des directives d’orientation pour effectuer des inspections de zone et la troisième comporte des listes d’installations et de problèmes.

a.   Niveaux d’inspection applicables aux EWIS

1. Inspection détaillée (DET).

Examen détaillé d’un article, d’une installation ou d’un ensemble spécifiques visant à déceler des dommages, une défectuosité ou une irrégularité. L’éclairage disponible est habituellement augmenté au moyen d’une source directe d’éclairage adéquat à une intensité jugée appropriée. Des aides à l’inspection, comme des miroirs, des loupes ou d’autres dispositifs, peuvent être nécessaires. Le nettoyage des surfaces ainsi que des procédures d’accès élaborées peuvent être nécessaires.

Une DET peut constituer plus qu’une simple inspection visuelle, car elle peut comporter une évaluation tactile au cours de laquelle on vérifie le serrage/la solidité d’un composant ou d’un ensemble. Une telle vérification revêt une importance particulière lors de l’identification des tâches pertinentes et efficaces visant à assurer l’intégrité continue d’installations comme des tresses de mise à la masse, des bornes, etc.

Note : Même si le terme inspection visuelle détaillée demeure valide pour les DET n’utilisant que l’observation visuelle, on doit reconnaître qu’il peut ne représenter qu’une partie de l’inspection exigée dans les documents sources utilisés pour établir le programme de maintenance d’un exploitant; c’est pourquoi il est recommandé que l’acronyme « IVD » ne soit pas utilisé, car il exclut l’examen tactile de ce niveau d’inspection.

2. Inspection visuelle générale (IVG).

Examen visuel de l’intérieur ou de l’extérieur d’une zone, d’une installation ou d’un ensemble visant à déceler des dommages, une défectuosité ou une irrégularité évidents. À moins d’indication contraire, une inspection de ce niveau est effectuée à une distance de toucher. Un miroir peut être nécessaire pour améliorer l’accès visuel à toutes les surfaces exposées à l’intérieur de la zone d’inspection. On procède habituellement à une inspection de ce niveau dans les conditions d’éclairage qui prévalent, comme la lumière du jour, l’éclairage d’un hangar ou l’éclairage produit par une lampe de poche ou une lampe baladeuse, et il se peut qu’il soit nécessaire de retirer ou d’ouvrir les panneaux d’accès ou les portes. Des escabeaux, des échelles ou des plates-formes peuvent être nécessaires pour atteindre la zone à vérifier

De récentes modifications apportées à cette définition ont permis l’ajout de directives d’orientation relatives à la proximité (distance de toucher) ainsi que l’utilisation d’un miroir pour améliorer l’accès visuel aux surfaces exposées lorsqu’on procède à une IVG. Ces modifications devraient engendrer une application plus cohérente de l’IVG et soutenir les attentes concernant les types d’anomalies des EWIS que devraient permettre de déceler une IVG.

Même si des lampes de poche et des miroirs peuvent être nécessaires pour permettre une visualisation adéquate de toutes les surfaces exposées, il n’est pas nécessaire de déposer ni de déplacer de l’équipement, à moins que les directives d’accès ne le mentionnent expressément. Il n’est pas nécessaire de retirer la peinture et/ou le produit d’étanchéité, et on doit même éviter de le faire, à moins que la condition observée ne soit suspecte. Si l’on soupçonne des conditions insatisfaisantes, il se peut que l’on doive déposer ou déplacer certains articles, afin de permettre une évaluation adéquate.

On s’attend à ce que la région à inspecter soit suffisamment propre pour minimiser la possibilité qu’une accumulation de saleté ou de graisse puisse camoufler des conditions insatisfaisantes qui, autrement, paraîtraient évidentes. On doit effectuer tout nettoyage jugé nécessaire conformément aux procédures acceptées, afin de minimiser la possibilité que le procédé de nettoyage en soi engendre des anomalies.

En général, on s’attend à ce que la personne qui effectue une IVG décèle une détérioration due à l’usure, aux vibrations, à l’humidité, à la contamination, à la chaleur excessive, au vieillissement, etc., et évalue les mesures appropriées à prendre pour éliminer une anomalie décelée. Lors de cette évaluation, elle doit tenir compte de tout effet potentiel que peuvent avoir ces mesures sur les installations des circuits adjacents, en particulier si ces derniers comportent du câblage. Les anomalies observées, comme l’usure par frottement, les colliers de serrage brisés, les câbles qui pendent, le brouillage, la contamination, etc., doivent être éliminées.

3. Inspection de zone.

Terme collectif englobant des inspections visuelles générales et des vérifications visuelles sélectionnées qui sont appliquées à chaque zone, définies par accès et par région, pour vérifier la sécurité et l’état général des installations et de la structure du système et du groupe moteur.

Une inspection de zone est essentiellement l’IVG d’une région ou d’une zone visant à déceler des conditions insatisfaisantes et des anomalies évidentes. Contrairement à une IVG individuelle, elle ne vise aucun composant ni aucun ensemble spécifique. 

 

b.   Directives d’orientation concernant les inspections de zone.

Les articles suivants concernant la détérioration des EWIS sont des exemples typiques de problèmes qui devraient être décelés et, par la suite, réglés après une inspection de zone (ainsi qu’après une IVG individuelle). Il est également recommandé que ces articles soient inclus dans les documents de maintenance et de formation. Cette liste n’est pas censée être exhaustive et elle peut être étoffée au besoin.

1. Câbles / faisceaux de câbles

  • Contact/usure par frottement entre deux faisceaux de câbles ou entre un faisceau de câbles et une structure
  • Faisceau de câbles qui pend ou qui est mal fixé
  • Câbles endommagés (dommages évidents dus à un impact mécanique, à la surchauffe, à une usure par frottement localisée, etc.)
  • Ruban et/ou attaches de frettage manquants/mal installés
  • Déformation ou mauvaise installation d’une gaine ou d’un conduit de protection du câblage
  • Frottement de l’extrémité d’une gaine sur le dispositif de fixation de cette extrémité
  • Passe-câble manquant ou endommagé
  • Accumulation de poussière ou de peluches
  • Contamination d’une surface par des rognures métalliques/de la limaille
  • Contamination par des liquides
  • Détérioration de réparations antérieures (p. ex., raccords)
  • Détérioration de raccords de production
  • Réparations inappropriées (p. ex., raccord incorrect)
  • Fixations inappropriées aux conduites de liquide ou séparation de ces dernières

2. Connecteurs

  • Corrosion externe sur les prises
  • Buse arrière de protection
  • Absence de coussinet ou de garniture en caoutchouc sur la buse arrière de protection
  • Absence de dispositif de fixation du fil de la buse arrière de protection
  • Chaîne de détrompage brisée
  • Fil de sécurité manquant ou brisé
  • Décoloration/signe de surchauffe sur les cosses/borniers
  • Désalignement du témoin de serrage

3. Commutateurs

  • Capuchon de protection arrière endommagé

4. Points de mise à la masse

  • Corrosion

5. Tresse de mise à la masse/tresse de métallisation

  • Tresse brisée ou déconnectée
  • Nombreux torons corrodés
  • Nombreux torons brisés

6. Colliers ou ferrures de câblage

 

  • Corrodés
  • Brisés/manquants
  • Déformés ou tordus
  • Fixation défectueuse (mauvaise fixation ou dispositif de fixation manquant)
  • Décollés/détachés
  • Protection/coussin endommagés

7. Supports (rails ou tubes/conduit)

  • Brisés
  • Déformés
  • Dispositif de fixation manquant
  • Protection d’arête manquante sur le pourtour des orifices de traversée
  • Coussin de caniveau à câbles endommagé
  • Orifices de drainage obstrués (dans les conduits)

 

8. Disjoncteurs, contacteurs ou relais

  • Traces de surchauffe
  • Traces d’amorçage d’arcs

c.            Installations de câblage et problèmes. 

Des recherches ont démontré que les manuels de maintenance existants doivent traiter des installations et des problèmes suivants.

1.   Installations de câblage.

Points des colliers de serrage – L’usure par frottement des câbles est aggravée par des colliers de serrage endommagés, par le déplacement des colliers de serrage ou par une mauvaise installation de ces colliers. Les constructeurs d’aéronefs spécifient le type de collier de serrage et la référence pour les EWIS de tout l’aéronef. Lors du remplacement de colliers de serrage, utiliser ceux mentionnés par le constructeur de l’aéronef. Les attaches autobloquantes constituent un moyen rapide de serrage, en particulier pendant les opérations de maintenance en ligne. Des attaches autobloquantes mal installées peuvent avoir un effet néfaste sur la gaine des câbles. Lorsqu’un nouveau câblage est installé en vertu d’un CTS ou d’une modification, les schémas comportent le cheminement du câblage, le type et les dimensions des colliers de serrage ainsi que l’emplacement approprié. Parmi les exemples de modifications importantes du câblage, on compte l’installation de nouveaux circuits avioniques, de nouveaux aménagements d’office et de nouveaux instruments. Le cheminement du câblage, le type et l’emplacement des colliers de serrage doivent être conformes aux schémas approuvés. L’ajout de nouveaux câbles aux faisceaux de câbles existants peut surcharger les colliers de serrage et, ainsi, faire qu’un faisceau de câbles pende et provoquer l’usure par frottement des câbles. En vieillissant, il se peut que les coussins en mousse des colliers de serrage des caniveaux se détériorent ou se désagrègent et, par conséquent, ne procurent pas le serrage approprié.

Connecteurs – Des joints d’étanchéité aux intempéries usés, des connecteurs desserrés, des bouchons étanches manquants, des contacts fictifs manquants ou l’absence de serre-câble sur les passe-câble de connecteurs peuvent compromettre l’intégrité d’un connecteur et permettre à des contaminants de pénétrer à l’intérieur de ce dernier et, ainsi, occasionner de la corrosion ou la détérioration du passe-câble. La corrosion des broches d’un connecteur peut provoquer une surchauffe, la production d’un arc et un court-circuit entre deux broches. On doit maintenir des boucles d'égouttement lorsque des connecteurs se trouvent au-dessous du niveau du faisceau, et on doit éviter ou corriger les rayons de courbure serrés aux connecteurs.

Terminaisons – Les terminaisons, comme les cosses et les borniers, sont sensibles aux dommages mécaniques, à la corrosion, à la chaleur et à la contamination par des produits chimiques ainsi qu’à la poussière et à la saleté. Avec le temps, à cause des vibrations, il se peut que les cosses de câbles d’alimentation à courant élevé perdent leur couple de serrage d’origine. La décoloration causée par la chaleur à l’extrémité de ces cosses constitue un indice d’une telle perte. Il est particulièrement important qu’il y ait renforcement et serrage appropriés des écrous sur les cosses des câbles d’alimentation à courant élevé. La corrosion des cosses et des borniers peut créer une résistance élevée et provoquer une surchauffe. La poussière, la saleté et les autres débris sont combustibles; ils peuvent donc entretenir un incendie s’ils sont allumés par une cosse qui surchauffe ou qui produit un arc. On doit garder propres et exempts de toute trace de combustible les borniers et les barrettes de raccordement se trouvant à l’intérieur de centres d’alimentation de l’équipement et de compartiments avioniques ainsi que dans tout l’aéronef.

Buses arrière de protection – Les fils peuvent se briser aux buses arrière de protection en raison d’une courbure excessive, de l’absence de serre-câble ou d’un renforcement inapproprié. La perte de la mise à la masse d’une buse arrière de protection peut également survenir à cause de ces facteurs et d’autres facteurs.

Gaines et conduits – S’ils ne sont pas éliminés, les dommages aux gaines et aux conduits peuvent entraîner des dommages aux câbles. Il se peut donc que les dommages comme les coupures, les déformations et les rides sur les conduits nécessitent une inspection plus détaillée visant à évaluer l’état du câblage que renferment ces derniers.

Prises de masse – On doit vérifier la fixation des prises de masse (p. ex., serrement du doigt), l’état de leurs terminaisons, leur propreté et si elles présentent des traces de corrosion. Toute prise de masse qui est corrodée ou qui a perdu son revêtement protecteur doit être réparée.

Raccords – Les raccords scellés et les raccords non scellés sont sensibles aux vibrations, aux dommages mécaniques, à la corrosion, à la chaleur, à la contamination par des produits chimiques ainsi qu’à la détérioration environnementale. Les câbles d’alimentation électrique transportent habituellement des courants élevés et ils sont très sensibles aux erreurs d’installation et à la détérioration de leurs raccords. Tous les raccords doivent être conformes aux recommandations publiées que possède le titulaire du CT ou du CTS. En l’absence de recommandations publiées, l’utilisation de raccords environnementaux est recommandée.

2.   Problèmes.

Caniveaux à câbles et faisceaux – L’ajout de câbles aux caniveaux à câbles existants peut causer une usure par frottement excessive de l’installation du câblage ainsi qu’une incapacité de maintenir ce dernier à l’intérieur du caniveau. L’ajout d’un câble aux faisceaux existants peut faire que ce dernier pende contre la structure, ce qui peut provoquer une usure par frottement.

Ailes – Les bords d’attaque et les bords de fuite des ailes sont des régions qui constituent des environnements difficiles pour les installations de câblage. Sur certains modèles d’aéronefs, le câblage se trouvant dans ces régions est exposé lorsque les volets ou les becs de bord d’attaque sont sortis. Parmi les autres sources potentielles de dommages, on compte les tubes de conjugaison des becs de bord d’attaque et les gaines d'air de prélèvement.

Régions des moteurs, du pylône, de la nacelle – Ces régions subissent des vibrations et une chaleur intenses ainsi qu’une maintenance fréquente et elles sont sensibles aux contaminants chimiques.

Compartiment accessoires et compartiments équipement – Ces régions comportent habituellement des articles comme des composants électriques, des composants pneumatiques et des canalisations, des composants hydrauliques et des conduites, et elles peuvent être  sensibles aux vibrations, à la chaleur ainsi qu’aux contaminants liquides.

Groupe auxiliaire de bord (APU) – Comme les régions des moteurs et de la nacelle, l’APU est sensible aux vibrations intenses, à la chaleur ainsi qu’à la maintenance fréquente et aux contaminants chimiques.

Train d’atterrissage et logements de train – En plus d’être exposée aux vibrations et aux contaminants chimiques, cette région est également exposée à des conditions environnementales extérieures difficiles.

Panneaux électriques et ensembles remplaçables en première ligne (LRU) – Le câblage des panneaux est particulièrement exposé aux bris de câbles et aux dommages des gaines lorsque ces régions à haute densité sont perturbées lors d’activités de dépannage, de modifications majeures et de remises à neuf. On peut minimiser les dommages au câblage en fixant les câbles aux goujons en bois afin d’en réduire la perturbation lors de modifications. Dans certaines configurations, il se peut que l’utilisation de supports de montage de connecteurs soit préférable et cause moins de perturbation du câblage que la dépose de chacun des connecteurs des supports.

Batteries – Les câbles situés près de toute batterie d’un aéronef sont sensibles à la corrosion et à la décoloration. On doit les inspecter afin de déceler toute trace de corrosion et de décoloration. On doit vérifier l’état de fonctionnement de tout câble décoloré.

Lignes d'alimentation électrique – Le câblage à courant élevé et les raccords connexes peuvent générer une chaleur intense. Les câbles, les bornes et les raccords des lignes d'alimentation électrique peuvent se détériorer ou se desserrer à cause des vibrations. Si des traces de surchauffe sont décelées, on doit remplacer les raccords ou la borne. Selon la conception, l’expérience en service peut faire ressortir le besoin de vérifier périodiquement le serrage approprié des extrémités des bornes des câbles des lignes d’alimentation électrique, en particulier dans les régions où les vibrations sont élevées. Cette vérification s’applique aux lignes d’alimentation électrique de l’office et des moteurs/de l’alternateur de l’APU.

Sous les offices, les toilettes et le poste de pilotage – Les régions situées sous les offices, sous les toilettes et sous le poste de pilotage sont particulièrement susceptibles d’être contaminées par du café, de la nourriture, de l’eau, des boissons gazeuses, des liquides des toilettes, de la poussière, des peluches, etc. On peut réduire cette contamination en suivant les procédures appropriées d’étanchéisation des panneaux de plancher de ces régions.

Conduites de vidange de liquides – Des fuites dans les conduites de vidange de liquides peuvent provoquer la contamination du câblage par des liquides. En plus des inspections visuelles périodiques, l’expérience en service peut faire ressortir le besoin de procéder à des vérifications périodiques de l’étanchéité ou au nettoyage.

Dispositifs de drainage du fuselage – Certaines installations font appel à des moyens conçus pour recueillir les liquides qui fuient et les diriger dans des conduites jusqu’à une sortie appropriée. L’obturation de la canalisation de drainage peut provoquer la contamination du câblage par des liquides. En plus des inspections visuelles périodiques, l’expérience en service peut faire ressortir le fait que ces installations et les conduites connexes doivent faire l’objet d’une vérification périodique visant à assurer que la canalisation de drainage est dégagée.

Soute ventrale – Le câblage passant dans la soute ventrale peut être endommagé par des d’activités de maintenance dans cette région.

Câblage sujet au mouvement – Le câblage sujet au mouvement ou à la déformation lors d’une opération normale ou d’un accès pour une opération de maintenance doit être inspecté à des endroits comme les portes, les vérins, les mécanismes du train d’atterrissage et les panneaux d'accès aux circuits électriques.

Panneaux d’accès – Le câblage situé près des panneaux d’accès peut subir des dommages accidentels résultant d’accès répétitifs aux fins de maintenance et, donc, nécessiter une attention particulière.

Sous les portes – Les régions situées sous les portes de soutes, sous les portes passagers et sous les portes de service sont susceptibles de subir des infiltrations de liquides provenant de la pluie, de la neige et de déversements de liquides. Les dispositifs de drainage des liquides ainsi que l’étanchéité des panneaux de plancher doivent être inspectés périodiquement et, au besoin, on doit effectuer les réparations qui s’imposent.

Sous les fenêtres coulissantes du poste de pilotage – Les régions situées sous les fenêtres coulissantes du poste de pilotage sont susceptibles de subir des infiltrations de liquides provenant de la pluie et de la neige. Les dispositifs de drainage des liquides doivent être inspectés périodiquement et, au besoin, réparés.

Régions où le câblage est difficile d’accès – En raison du nettoyage peu fréquent de ces endroits, il peut y avoir accumulation excessive de poussière et d’autres contaminants dans les régions où le câblage est difficile d’accès (p. ex., le tableau de bord du poste de pilotage, la région du pylône de commande du poste de pilotage). Dans ces régions, il peut être nécessaire de déposer des composants et de démonter d’autres systèmes pour faciliter l’accès au câblage.