Sensibilisation au décrochage et à la vrille - octobre 2003

Introduction

Les instructeurs de vol doivent donner la formation sur le décrochage conformément à l'exercice 12 du Guide de l'instructeur de vol (TP 975) et du Manuel de pilotage. Ils doivent aussi insister sur le fait que les techniques et procédures peuvent changer d'un appareil à un autre et sur le fait que les pilotes doivent connaître les caractéristiques de vol de chaque appareil qu'ils pilotent. Les instructeurs doivent pouvoir anticiper le comportement de l'appareil utilisé pour la formation afin d'assurer une démonstration efficace et sécuritaire. Ils doivent de plus se conformer rigoureusement au manuel de vol et au manuel d'utilisation de l'avion.

Les exercices aériens suivants décrivent des procédures qui ont pour but de compléter le Guide de l'instructeur de vol et de fournir un encadrement additionnel dans le cadre de la formation sur les décrochages et les amorces de vrille. Des exemples, qui ne constituent pas une liste exhaustive, sont donnés pour favoriser l'utilisation de scénarios basés sur des situations réelles de vol. La consultation du tableau de l'annexe 1 du présent document intitulé Conditions des scénarios de décrochage aidera à choisir des conditions d'élaboration de scénarios.

De nombreux constructeurs proscrivent l'utilisation de volets lors de la pratique de vrilles intentionnelles. Les recommandations du constructeur doivent être suivies dans le cas d'une vrille intempestive résultant d'un exercice avancé de décrochage ou, en l'absence de telles recommandations, il faut rentrer les volets dès que la première manoeuvre de sortie a été effectuée.

Décrochages au décollage

Instruction en vol

À une altitude sécuritaire,

  1. Faire une démonstration de décrochages coordonnés et non coordonnés en vol rectiligne et en virage avec puissance moteur. Effectuer cette démonstration avec les volets sortis en position de décollage
     
  2. Insister sur la façon dont peuvent survenir ces décrochages pendant le décollage. Insister sur le fait que ces types de décrochages peuvent provoquer une vrille

Décrochages pendant la remise des gaz

À une altitude de sécurité,

  1. Compensez l'appareil pour une descente avec moteur au ralenti, puis démontrez un décrochage avec moteur au ralenti, pleins volets, train sorti. Sortez du décrochage avec pleine puissance en tentant de gagner de l'altitude en gardant les volets sortis. Si une assiette de tangage en cabrée supérieure à la normale est maintenue, il y aura décrochage secondaire. Sur certains avions, il suffit d'une assiette de tangage en montée normale pour qu'il y ait décrochage.
     
  2. Démontrez un décrochage avec moteur au ralenti, pleins volets, train sorti. Sortez du décrochage avec pleine puissance et rentrez rapidement les volets dès qu'une assiette de tangage en montée supérieure à la normale est atteinte. Il se peut qu'il y ait décrochage secondaire ou stabilisation avec perte d'altitude.
     
  3. Démontrez un décrochage au compensateur de la gouverne de profondeur. Placez l'avion en configuration d'approche à l'atterrissage, en descente compensée. Une fois la descente amorcée, ajoutez pleine puissance, tirez légèrement sur la colonne de contrôle et n'appuyez que légèrement sur le palonnier droit. Laissez l'avion se cabrer avec un lacet vers la gauche. Insistez sur l'importance d'une bonne maîtrise de l'assiette, d'un bon déplacement des commandes et d'une bonne compensation lors la remise des gaz. Effectuez aussi cet exercice avec les volets rentrés.

Scénarios

La puissance moteur peut être réduite pour simuler une altitude-densité élevée.

Au décollage ou à la remise des gaz

Montée excessive ou virage en montée excessive

  • Évitement d'obstacles
  • Évitement des oiseaux ou d'un autre aéronef
  • frime
  • prisonnier d'un courant descendant (cisaillement du vent)
  • contamination des ailes
  • distraction provoquant une diminution de vitesse

L'utilisation de renseignements provenant de rapports d'accidents aéronautiques peut faciliter l'élaboration de scénarios réalistes. Par exemple,

« Lieu : bande gazonnée de 1 100 pieds comportant des pins de 75 pieds de hauteur à l'extrémité départ de la piste. Des témoins ont vu le C-150 quitter le sol à environ 200 pieds de l'extrémité de la piste et à environ 500 pieds de la rangée de pins au-delà de l'extrémité départ de la piste. L'aéronef a amorcé un virage en montée excessive vers la droite, puis il est parti en roulis vers la gauche avant de descendre en piqué jusqu'à ce qu'il heurte le sol; les 2 occupants ont péri. »

Utiliser cet exemple tout en consultant l'annexe 1 intitulée Conditions des scénarios de décrochage. En commençant par la colonne de gauche du tableau, choisir :

Décrochages au décollage,

  1. puissance moyenne,
  2. 0 ° de volets,
  3.  train s/o,
  4. virage coordonné à moyenne inclinaison,
  5. assiette de montée.

On peut modifier ce scénario en changeant l'une des 5 conditions du tableau. De nombreux autres scénarios peuvent être élaborés à partir de ce tableau, de rapports d'accidents aéronautiques et d'expériences personnelles. Évitez de n'utiliser qu'un ou deux scénarios lors la formation; un étudiant doit être confronté à un maximum de situations.

Décrochages à l'atterrissage

Instruction en vol

À une altitude sécuritaire,

  1. Faites la démonstration de décrochages coordonnés à moteur coupé ou réduit en vol rectiligne et en virage. Effectuez cette démonstration avec différents braquages de volets. Insistez sur la façon dont peuvent survenir ces décrochages pendant l'approche. Insistez aussi sur le fait que ces types de décrochages peuvent provoquer une vrille.
     
  2. Faites la démonstration de décrochages avec croisement des commandes lors de virages en descente. Faites la démonstration de décrochages à puissance moteur moyenne et faible en simulant des virages de l'étape de base à l'étape d'approche finale. Faites la démonstration de décrochages pendant un virage bien coordonné, un virage en glissade et un virage en dérapage. Expliquez la différence entre un virage en glissade et un virage en dérapage. Expliquez la position de la bille du coordonnateur de virage (ou indicateur de virage) pendant chaque virage et le comportement de l'appareil pendant chacun des décrochages.

Remarque : sur certains types d'aéronefs, un décrochage lors d'un virage en descente en dérapage provoque d'abord le décrochage de l'aile intérieure, puis l'amorce soudaine et agressive d'une vrille. Un aéronef de formation qui fait preuve de trop de docilité en vrille ne peut servir à faire une démonstration convaincante de cette manoeuvre. Pour en arriver à la démonstration la plus efficace, essayer différentes configurations avec l'aéronef utilisé.

Scénarios

Arrivée à une aire d'atterrissage d'aéroport ou hors aéroport.

  • virage pour corriger le dépassement du prolongement de l'axe de piste
  • virage pour l'évitement d'obstacles, d'oiseaux et d'un autre aéronef
  • tentative de prolonger le plané jusqu'à la piste en cabrant sans ajouter de puissance
  • illusions dans un vent fort
  • distraction provoquant une diminution de vitesse

Encore une fois, l'utilisation de renseignements provenant de rapports d'accidents aéronautiques peut faciliter l'élaboration de scénarios réalistes. Par exemple,

« Lieu : à 1 mille à l'est de l'aérodrome. Conditions météorologiques : VFR, vent du nord-ouest à 15 noeuds, turbulence modérée. Le Piper Cub J-3 a dépassé le prolongement de l'axe de la piste 26 pendant le dernier virage. Des témoins ont vu l'aéronef passer d'un cap sud à un cap ouest en prenant un angle d'inclinaison modéré. Avant la fin du virage, le roulis a augmenté rapidement, et l'avant s'est abaissé pour prendre une position presque verticale. L'épave retrouvée au point d'impact indiquait que l'aéronef était en vrille au moment de l'accident. Il y a eu 1 mort. »

Dans cet accident, le pilote a sans doute essayé de « tricher » lors d'un dépassement du prolongement de l'axe de piste pendant un virage de l'étape de base en finale, et ce, en exagérant le palonnier à l'intérieur du virage pour augmenter le taux de virage et en inclinant latéralement la colonne de contrôle du côté opposé afin de maintenir un angle d'inclinaison normal. Si à ce moment on laisse décrocher l'appareil, l'aile intérieure décroche d'abord et l'avion part en vrille.

Utiliser cet exemple tout en consultant l'annexe 1 intitulée Conditions des scénarios de décrochage. En commençant par la colonne de gauche du tableau, choisir :

Décrochages à l'atterrissage,

  1. puissance moyenne,
  2. 0 ° de volets,
  3. train s/o,
  4. virage en dérapage non coordonné à moyenne inclinaison,
  5. assiette de descente.

On peut modifier ce scénario en changeant l'une des 5 conditions du tableau.

Panne moteur au décollage (suivie d'une tentative de retour sur la piste)

Cette démonstration donnera à l'élève une idée de l'altitude que perd l'appareil à la suite d'une panne moteur au décollage suivie d'une tentative de retour sur la piste d'où il vient de décoller. Pour effectuer cette manoeuvre, on doit inverser le cap de l'appareil ET réaligner ce dernier avec la piste, ce qui nécessite beaucoup plus qu'un simple virage à 180 degrés. Pour les pilotes novices, faire demi-tour n'est pas une solution envisageable. Une évaluation des accidents avec vrille et décrochage au Canada a démontré que les pilotes courent huit fois plus de risques d'être tués ou blessés gravement en faisant demi-tour qu'en atterrissant droit devant. Dans le cas de pilotes experts au courant de l'altitude requise pour effectuer la manoeuvre désirée, faire demi-tour peut être une solution envisageable, mais même les pilotes experts devraient chercher des aires d'atterrissage nécessitant moins de manoeuvres et présentant moins de risques. On peut effectuer cette démonstration avec une inclinaison moyenne ou prononcée, mais il faut insister sur le fait d'éviter tout décrochage.

Instruction en vol

À une altitude sécuritaire,

  1. En configuration de croisière, réglez l'avion pour qu'il prenne le meilleur taux de montée (Vy ). Notez l'altitude de l'avion.
     
  2. Passez lentement au régime de ralenti pour simuler la panne moteur.
     
  3. Abaissez le nez de l'avion pour maintenir la meilleure vitesse de plané et effectuez un virage à 2700 degrés, suivi d'un virage à 900 en direction opposée, afin de placer l'avion dans un cap inverse au cap original.
     
  4. Soulignez la perte d'altitude et insistez sur la rapidité de la réduction de la vitesse après une perte de puissance dans une assiette de montée.
     
  5. Effectuez de nouveau la manoeuvre et laisser l'appareil décrocher pendant le virage. (Il s'agit en fait d'une variante d'un décrochage en approche). Insistez sur le fait que ces types de décrochages peuvent provoquer une vrille.

Remarque : on doit insister sur le fait que le retour en toute sécurité d'un appareil à l'aéroport après une vraie panne moteur au décollage dépend de nombreux facteurs, dont les surfaces d'atterrissage disponibles, l'altitude au-dessus du sol au moment de la panne, les conditions météorologiques, la turbulence, le type d'aéronef ainsi que le niveau de compétence et le niveau de stress du pilote. Soulignez que la perte d'altitude subie lors de la démonstration contrôlée a été bien inférieure à ce qu'elle aurait été dans une situation réelle. Pour minimiser l'usure du moteur, il est recommandé d'effectuer cette démonstration dans la configuration de croisière.

Décrochages à haute vitesse

Instruction en vol

À une altitude sécuritaire, réglez la vitesse de l'appareil à 80 % de la vitesse de manoeuvre (Va) appropriée à sa masse.

  1. Faites la démonstration de la différence de vitesse de décrochage en amorçant le décrochage lors d'un vol en palier à vitesse constante et notez la vitesse à laquelle se déclenche l'avertisseur de décrochage. Démontrez ensuite un virage en palier incliné à 60 ° et notez la vitesse à laquelle est activé l'avertisseur de décrochage. Insistez sur le fait que le décrochage dépend de l'angle d'attaque et non de la vitesse. Un aéronef peut décrocher à n'importe quelle vitesse et à n'importe quelle assiette. Insistez sur le fait que ces décrochages peuvent survenir pendant toute phase de vol au cours de laquelle des déplacements de commande brusques ou excessifs, comme un virage serré, une sortie de piqué ou un changement rapide de la direction de vol, augmentent le facteur de charge de l'appareil. Insistez sur le fait que ces types de décrochages peuvent provoquer une vrille.
     
  2. Faites la démonstration d'un virage incliné à 45 ° et réduisez progressivement la puissance en tentant de maintenir l'altitude tout en tirant davantage sur la colonne de contrôle jusqu'à ce qu'il y ait décrochage. Faites la démonstration d'un virage incliné à 45 ° au régime de croisière ou de montée et « serrez le virage » en tirant rapidement sur la colonne de contrôle. Faites la démonstration d'une ressource brusque (à basse vitesse).

Scénarios

Brusque ressource pour éviter des obstacles ou après une sortie de décrochage.

Manoeuvres agressives pour « épater la galerie ».

Distraction provoquant une diminution de vitesse pendant un virage.

  • En effectuant un vol de tourisme à basse altitude.
  • En effectuant un virage pour observer des repères au sol, des animaux sauvages ou des gens.
  • En effectuant un virage pour éviter des obstacles ou un autre appareil.

Voici un rapport d'accident aéronautique qui peut vous aider à élaborer un scénario réaliste.

« On a observé que le Cessna 210, qui avait à son bord 3 personnes, volait à hauteur de la cime des arbres et effectuait des manoeuvres brusques. Une caméra vidéo retrouvée dans l'épave avait enregistré les dernières minutes du vol. Le pilote effectuait des manoeuvres pour permettre à un passager de filmer un orignal lorsque l'avertisseur de décrochage s'est déclenché, puis l'appareil a décroché en effectuant un virage incliné à 45 ° vers la gauche, à une altitude de 50 pieds au-dessus du sol. Il y a eu 3 morts. »

Utiliser cet exemple tout en consultant l'annexe 1 intitulée Conditions des scénarios de décrochage. En commençant par la colonne de gauche du tableau, choisir :

Décrochages à haute vitesse,

  1. puissance élevée,
  2. volets en position d'approche,
  3. train rentré,
  4. virage serré coordonné,
  5. assiette horizontale.

On peut modifier ce scénario en changeant l'une des 5 conditions du tableau.

Distractions

Une mauvaise gestion de la vitesse à l'origine d'un décrochage est plus susceptible de se produire lorsque le pilote est distrait par l'accomplissement d'une ou plusieurs autres tâches. Par exemple, trouver une liste de vérifications, tenter de redémarrer après une panne moteur, effectuer un circuit par un jour venteux, lire une carte de navigation ou effectuer des calculs relatifs au carburant et/ou à la distance, tenter de récupérer des articles se trouvant sur le plancher, sur le siège arrière ou dans la boÎte à gants.

Peu importe leur niveau de compétence, les pilotes doivent être conscients de l'augmentation des risques d'entrée accidentelle en décrochage, en vrille ou en piqué en spirale lorsqu'ils accomplissent des tâches secondaires au pilotage de l'appareil. Le fait de confier à l'élève des tâches normales secondaires au pilotage de l'appareil améliore sa confiance et ses aptitudes. Une bonne compensation de l'appareil constitue un élément-clé pour garder la maîtrise de l'appareil en composant avec différentes sources de distraction. La liste de distractions volontaires qui est donnée ci-dessous constitue un défi pour les élèves et devrait les aider à améliorer leurs habiletés.

1.  Demander à l'élève

  1. de ramasser un crayon échappé.
  2. de déterminer le cap vers un aéroport au moyen d'une carte de navigation.
  3. de remettre la montre à l'heure (temps universel coordonné).
  4. de saisir un objet se trouvant sur le siège arrière.
  5. de lire la température extérieure.
  6. de communiquer avec la station d'information de vol (FSS) pour obtenir des renseignements sur les conditions météorologiques.
  7. de calculer la vitesse vraie au moyen d'un calculateur de vol.
  8. d'identifier le relief ou des objets au sol.
  9. de trouver un terrain pouvant convenir à un atterrissage forcé.

2.  Demander à l'élève de réduire de 10 noeuds la vitesse de croisière et de répéter l'étape 1 ci-dessus.

3.  Demander à l'élève de monter de 200 pieds et de maintenir son altitude, puis de redescendre de 200 pieds et de maintenir son altitude tout en effectuant l'une des tâches énumérées à l'étape 1 ci-dessus.

4.  Demander à l'élève d'inverser sa trajectoire après une série de virages en « S » et créer une source de distraction.