Statut d’envol inexact transmis par les transpondeurs et son effet sur les systèmes de surveillance des pistes et d’alerte de conflit - Alerte à la Sécurité de l’Aviation civile (ASAC) 2021-03

À l’attention de :

Tous les exploitants aériens et fournisseurs de services de navigation aérienne

Numéro de classification du dossier : Z 5000-35 U
Numéro du SGDDI : 17157642
Numéro de document : ASAC 2021-03
Numéro d'édition : 01
Date d'entrée en vigueur : 2021-05-03

Objet :

La présente Alerte à la sécurité de l’Aviation civile (ASAC) vise à signaler aux propriétaires d’aéronefs, aux exploitants et aux fournisseurs de services de navigation aérienne (FSNA) un problème lié à l’exploitation des aéronefs équipés de transpondeurs et de systèmes avioniques intégrés Honeywell Primus Epic.

Contexte :

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) a récemment informé Transports Canada d’un événement à l’aéroport international Lester B. Pearson-Toronto (CYYZ) au cours duquel un Embraer 190 (E190) équipé d’un transpondeur et d’un système avionique intégré Honeywell Primus Epic a transmis un statut d’envol inexact immédiatement après un décollage interrompu alors qu’il se trouvait toujours sur la piste.

Un autre avion, un Boeing 777-300 (B777) se préparant pour le décollage, avait reçu une autorisation de décollage alors que l’E190 était toujours sur la piste. L’équipage de conduite de l’E190 a appelé la tour à la radio pour indiquer qu’il interrompait le décollage, mais au même moment le B777 collationnait son autorisation de décollage sur la même fréquence de la tour de contrôle et a commencé sa course au décollage. Les transmissions radio simultanées n’ont pas été remarquées et ni le contrôle de la circulation aérienne ni l’équipage de conduite du B777 n’ont entendu l’appel radio de décollage interrompu de l’E190.

Immédiatement après avoir commencé la course au décollage, l’équipage de conduite du B777 a constaté que l’E190 se trouvait toujours sur la piste, donc il a amorcé un décollage interrompu. Le B777 s’est approché à moins de 3 800 pieds de l’E190.

Dans l’évaluation initiale de son enquête (enquête du BST A20O0029), le BST a déterminé que le système avionique intégré Honeywell Primus Epic à bord de l’E190 utilise une logique logicielle qui détermine que l’aéronef est en vol lorsque la vitesse indiquée de l’aéronef dépasse 50 nœuds. Ainsi, le transpondeur de l’aéronef peut transmettre un statut d’envol de l’aéronef alors qu’il est toujours au sol.

De plus, le système de surveillance des incursions sur piste et d’alerte de conflit (RIMCAS) utilisé par le FSNA à CYYZ était configuré pour utiliser les données de la transmission du transpondeur de l’aéronef comme indication principale qu’un aéronef avait décollé. Ainsi, lorsque la vitesse de l’E190 a dépassé 50 nœuds pendant sa course au décollage, le RIMCAS a déterminé que l’aéronef était en vol, même si ce n’était pas le cas. En raison de cette logique du système, le RIMCAS n’a pas détecté de conflit lorsque le B777 a commencé sa course au décollage et n’a émis d’alerte que bien après que les deux aéronefs aient interrompu leur décollage respectif et aient décéléré.

En décembre 2020, NAV CANADA a publié un bulletin d’information ATC urgent pour tout le personnel de la tour de Toronto. Le bulletin avertissait les contrôleurs que les alertes de niveau 1 et de niveau 2 du RIMCAS peuvent ne pas être générées lorsque des Embraer E‑Jet et certains aéronefs construits par Dassault, Gulfstream, Learjet et Textron Aviation (anciennement Cessna) décollent. Le bulletin indiquait aussi que les alertes de niveau 1 et de niveau 2 ne peuvent pas être générées pour des aéronefs ou des véhicules s’approchant d’une piste en service lorsqu’un de ces types d’aéronefs décolle, et on rappelait aux contrôleurs de surveiller ces situations de près. NAV CANADA étudie les options de mesures d’atténuation relatives au logiciel du RIMCAS.

Transports Canada est en train de communiquer avec le fabricant d’équipement d’origine (FEO) pour régler le problème de logique logicielle actuel de manière à bien indiquer le statut d’envol de l’aéronef. De plus, Transports Canada est en contact avec les FSNA concernés qui ont un RIMCAS semblable pouvant produire des situations similaires dans le cas d’aéronefs équipés de transpondeurs ayant une configuration semblable.

Mesure recommandée :

  1. Les exploitants aériens qui exploitent actuellement des aéronefs équipés d’un système avionique intégré Honeywell Primus Epic devraient fournir l’information se trouvant dans la présente ASAC au personnel et aux équipages de conduite comme mesure de sensibilisation.

Bureau responsable :

Pour davantage de renseignements à ce sujet, veuillez communiquer avec un Centre de Transports Canada ou avec les Normes de l’aviation commerciale à Ottawa par courriel à AARTFInfo-InfoAARTF@tc.gc.ca.

Document original signé par

Félix Meunier
Directeur
Direction des normes

L’Alerte à la Sécurité de l’Aviation Civile (ASAC) de Transports Canada sert à communiquer des renseignements de sécurité importants et contient des mesures de suivi recommandées. Une ASAC vise à aider le milieu aéronautique dans ses efforts visant à offrir un service ayant un niveau de sécurité aussi élevé que possible. Les renseignements qu’elle contient sont souvent critiques et doivent être transmis rapidement par le bureau approprié. L’ASAC pourra être modifiée ou mise à jour si de nouveaux renseignements deviennent disponibles.